Décathlon : Kevin Mayer le sprinteur

Le vice-champion d’Europe du décathlon Kevin Mayer est passé pour la première fois, samedi à Montpellier, sous la barre des onze secondes sur 100 m (10 »89). Une performance qui lui ouvre de sacrées perspectives à quatre mois des Jeux Olympiques.

5a54a
D’abord, Kevin Mayer a levé les bras vers un ciel légèrement voilé, ce samedi à Montpellier. Et puis il est tombé dans les bras de son entraîneur. «On s’était entraîné toute la semaine,salive Bertrand Valcin, et ça paye enfin aujourd’hui. Le sprint n’est plus son maillon faible désormais.»
10 »89, c’est son temps sur ce 100 m disputé sur sa terre d’adoption. La barrière des onze secondes est pulvérisée. À Clermont, il avait déjà cassé celle des sept secondes sur 60 m.«Kevin est maintenant un sprinteur, se réjouit donc l’entraîneur national Jean-Yves Cochand.Il va pouvoir démarrer ses décathlons d’égal à égal, sans être condamné à une succession d’exploits le deuxième jour.

Mayer : «De nouvelles perspectives»

L’intéressé n’est pas plus étonné que ça. «Je m’y attendais, dit-il, je ne savais simplement pas quand ça arriverait. Ça fait plaisir, bien sûr, mais ça m’ouvre surtout de nouvelles perspectives alors que la préparation ne fait que commencer.»

À Montpellier, dans ce décathlon réduit au format d’une heure, il a enchaîné avec un 110 m haies en 14 »43 puis un lancer de disque à 45,24 m au troisième essai. «Je n’avais plus grand-chose dans les jambes après le 100 m, admet-il, et ce format de compétition est particulier. Mais l’essentiel est ailleurs. Je pars d’ici avec énormément de confiance.»
Antoinette Nana Djimou aussi. La championne d’Europe 2012 et 2014 a battu son record au poids sur l’heptathlon (15,40 m) et emmagasiné de l’assurance dans la perspective de cette quête olympique. «Je voulais savoir où j’en étais, et je suis rassurée, sourit-elle. C’était un bon entraînement, bien intense, qui va me permettre d’enchaîner dans les meilleures conditions.»

Post your thoughts